Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Liste de lecture Deezer
PRESTATIONS

La curieuse histoire du Monde ce ne sont pas simplement des articles mais un nouveau format de prestations prochainement en ligne 

Badge FacebookStatistiques

Date de création : 03.06.2008
Dernière mise à jour : 11.01.2014
4479 articles


Thèmes

afrique albinos alimentarus alimentation amérindien amis animaux article bretagne chamanisme chez chine

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· SPIRITUALITE (124)
· Non classé (41)
· Tribu et Minorités du monde (89)
· L'univers des Animaux (170)
· La Mort vu par divers peuples (43)
· LES ACTUALITES (334)
· Le Monde du Paranormal (30)
· L'Habitat Autrement (40)
· Un Monde de Sagesse (17)
· La Planéte Ecologie (136)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Amish
· Excision
· Dame blanche (légende)
· Nam Myoho Renge Kyo
· Lapidation

· BEST LIFE FAUT IL FAIRE CONFIANCE AUX LABOS ?
· Aborigènes d'Australie
· Le judaïsme
· nous sommes tous responsables ,agissons
· Blanc bleu belge
· On célèbre le festival de Ganesh, le dieu chouchou des Indiens
· état unis
· Premier rassemblement amérindien intertribal en France
· LE GNOMA
· LA SUITE /CENTRE CULTUREL ALTERNATIF PARIS 75013

Voir plus 

Scarification

Publié le 04/09/2008 à 12:00 par lacurieusehistoiredumonde
Scarification
La scarification est une pratique consistant à effectuer une incision superficielle de la peau. La scarification est une pratique médicale, un type de modification corporelle ou un acte d'automutilation ou plus précisément de « lésion auto-infligée


Scarification sociale


La scarification en Afrique


La scarification sociale a une origine ancienne, on la trouve couramment pratiquée en Afrique (particulièrement en Afrique de l'Ouest) où elle a remplacé le tatouage qui se distingue mal sur les peaux sombres. La scarification sociale revêt une signification particulière, rituelle de passage à l’âge adulte ou appartenance à un groupe restreint.


La scarification en Australie et Nouvelle-Guinée


Les Aborigènes d'Australie et certaines tribus de Nouvelle-Guinée pratiquent ou ont pratiqué la scarification.


Cérémonie d'initiation dans le Village de Korogo (Nouvelle-Guinée), 1975. Franz Luthi
La scarification en Occident


En Occident, cette pratique a attiré les adeptes de modification corporelle qui la nomme parfois cutting (ou burning/branding bien que dans ce cas la pratique ne soit pas véritablement une scarification). La scarification laisse volontairement des cicatrices visibles, lorsque l'aspect esthétique est au cœur de la démarche, elle fait partie des modifications corporelles et s'apparente au tatouage, mais lorsque la douleur et la volonté de détruire s'érigent en but, elle devient une mutilation révélatrice d'un comportement pathologique. Cette scarification (principalement sur la partie intérieure des avant-bras) est très répandue chez certains groupes de jeunes. On l'appelle « auto-scarification ».


Méthodes de scarification


Dans le cadre des modifications corporelles, on distingue deux sortes de scarification : les scarifications en relief et les scarifications en creux. Les premières s'obtiennent en incisant simplement la peau, les deuxièmes en enlevant une partie de l'enveloppe superficielle de celle-ci, toutes ces blessures restant bénignes (cutting). Une autre méthode encore consiste à brûler superficiellement la peau (burning, ou branding). Un traitement est ensuite appliqué directement sur la scarification pour à la fois limiter les risques d'infection et empêcher les blessures de cicatriser normalement. Les motifs demeurent mystérieux.


Dangers et précautions

Pratique moderne de scarificationLa scarification consiste à causer volontairement un dommage à sa peau et n'est donc pas sans danger. Elle doit donc être pratiquée avec précaution, dans le respect de règles d'hygiène stricte.

Les infections sont possibles, non seulement par le matériel, mais également pendant que la plaie n'est pas totalement refermée. Le matériel doit être à usage unique pour éviter de transmettre des maladies d'un individu à l'autre (comme le SIDA par exemple). De plus, la cicatrice nécessite d'être régulièrement nettoyée avec un désinfectant.
La scarification artistique doit être faite par un professionnel averti qui a de bonnes connaissances en anatomie afin de ne pas entailler la peau trop profondément, ou de la brûler ou refroidir trop (suivant la méthode utilisée).
Pour la méthode par brûlure, il faut impérativement porter un masque pour se protéger d'éventuelles maladies qui passeraient dans les fumées lorsque la peau brûle.

Scarification psychologique ou "automutilation"

La scarification permet parfois l'expression d'une souffrance psychologique. Les personnes pratiquant cette automutilation témoignent généralement d'un mieux-être après s'être mutilé. Cela peut paraître paradoxal mais cela s'explique par le fait que des endorphines sont libérée durant la scarification, ce qui peut amener la personne à un certain bien-être, voire à une addiction à cette pratique.

La scarification est aussi une punition infligée à soi-même qui procure certes un mieux-être dans l'immédiat, ainsi qu'une certaine addiction, mais qui enferme encore plus dans sa souffrance.



L'art de la scarification

La scarification est une décoration permanente du corps. La peau est perforée et incisée. La plaie en cicatrisant forme un motif .

Dans les sociétés primitives et traditionnelles, ces marques indélibiles ont une triple fonction : déterminer l'appartenance à un élément surnaturel supérieur (divinité, ancêtre disparu, animal totémique), satisfaire à des critères esthétiques locaux. L'idée d'initiation et de douleur revêt une grande importance. En effet en souffrant l'individu accède magiquement à une réalité supérieure. Elle lui permet de rejoindre les génies protecteurs et les ancêtres disparus. Pour obtenir un beau résultat, non seulement l'artiste doit être talentueux mais en plus la personne qui se fait scarifiée, doit être résistant aux douleurs.

L'art de la scarification en Afrique et ailleurs évolue. Cette pratique tend à disparaître par la pression effectuée par les autorités religieuses et étatiques, par les pratiques urbaines et par l'introduction de l'habillement dans les tribus. Dans beaucoup de tribus, seules les personnes les plus âgées portent la scarification.





DERNIERS ARTICLES :
QU’EST QU'UN AGITATEUR DE CONSCIENCES ?
Nous sommes le monde et la révolution que tu souhaite est entre tes mains , il est important pour chacun de nous de comprendre que nous avons à l'intérieur des capacités
LE SITE AGITATEUR DE CONSCIENCES
BONJOUR ET BIENVENUE   Aprés des années sur ce blog à mettre des articles du Monde entier  désormais ce site s'améliore et parlera de tout , la spirituaité est une chose
Malawi : halte à la chasse aux sorcières
L’ONG malawite de défense des droits de l’homme "Association of Secular Humanism" (Association de l’Humanisme Séculier) a exigé de son gouvernement qu’il libère les quelq
Les albinos toujours la cible de meurtres rituels
En Tanzanie et au Kenya, des milliers de personnes atteintes d’albinisme ont quitté leur village par crainte de persécution pour aller vivre dans des zones urbaines où il
La plus ancienne Bible illustrée se trouve en Ethiopie
Le manuscrit d’Abba Garima, conservé dans un monastère en Ethiopie, et jusque-là considéré comme un codex du XIe siècle, a fait un bond en arrière dans le temps. Les exam
forum